Vers la Lumière…

2019-11-01

DO NOT STAND AT MY GRAVE AND WEEP.
I AM NOT THERE. I DO NOT SLEEP.
I AM A THOUSANDS WINDS THAT BLOW.
I AM THE DIAMOND GLINTS ON SNOW.
I AM THE SUNLIGHT ON RIPENED GRAIN.
I AM THE GENTLE AUTUMN’S RAIN.
WHEN YOU AWAKEN IN THE MORNING’S HUSH,
I AM THE SWIFT UPLIFTING RUSH OF QUIET BIRDS IN CIRCLED FLIGHT.
I AM THE SOFT STARS THAT SHINE AT NIGHT.
DO NOT STAND AT MY GRAVE AND CRY.
I AM NOT THERE. I DID NOT DIE.

La provenance du texte figurant sur cette pierre tombale du cimetière orthodoxe de Rawdon m’était inconnue jusqu’à ce qu’une amie cultivée m’apprenne qu’il est de :
Mary Elizabeth Frye (1905-2004).

J’ai toujours aimé les cimetières.
Ils sont des endroits géographiques dotés d’une temporalité particulière.
Situés en plein coeur des villes ou isolés au bout d’un rang de campagne; ils ont toujours le même effet … D’une part, nous imposer le silence et nous rappeler notre propre finalité; d’autre part, donner place à la mémoire de nos disparus. Lorsque l’on s’y sent étranger, s’y promener génère souvent un petit frisson. Ou sinon, lorsqu’il s’agit d’y retrouver les siens, ils peuvent être un endroit de calme et de sérénité.

C’est ce que j’y trouve depuis quelques années.
Plus particulièrement depuis 2006; année où j’ai entrepris d’ornementer le lot familial de quelques plantes, question de faire un peu ‘vivant’!

Cette année là, et presque qu’en même temps que je plantais quelques vivaces sur ce tout petit lopin de terre, la maison familiale de mon enfance située au centre-ville de Joliette fut démolie, rasée! 
Créant ainsi un vide que l’oubli voudrait tenter de combler.

Terrain vague, coin Saint-Viateur et Saint-Joseph, Joliette.

Confirmant que l’endroit où reposent mes parents allait être mon seul lieu de mémoire.
C’est ainsi que, tout naturellement, s’est ajouté ce rituel de la visite au cimetière. Faisant aussi d’une promenade dans mon patelin, un rappel salutaire de ma propre finalité…

Libérées des paroles et des gestes, allégées d’un pardon libérateur, les âmes ne requièrent là-bas et pour toujours qu’un souvenir amoureux …

Et nous permettent ainsi de :

 

Redonner au Coeur sa conscience de battre par Amour.

Un p’tit vidéo.  Un peu long, un peu lent, comme l’éternité…
Tourné en 2006 (basse résolution, techno d’époque…)

Pierres tombales au cimetière de Wakefield pour une personne inconnue - film Tri-X 4x5 révélé avec Pyro PMK
Cimetière des ruines de Laguerre, Montérégie - Nikon D300s modifié IR

Outre mon petit rituel familial, ces lieux de mémoire sont aussi des lieux d’inspiration pour le photographe que je suis; en particulier avec la technique de prise de vue en infrarouge (IR).  D’entrée de jeu, angles, symétrie des lignes, atmosphères du jour (mais pas de nuit!), tout peut servir à la création d’images pour le moins inusitées, sinon spectaculaires!  La technique infrarouge est d’autant plus facilitée qu’avec le numérique il n’est plus besoin d’attendre des semaines avant de voir les résultats; résultats qui étaient assez imprévisibles vu les caprices de la pellicule Kodak Ektachrome EIR.  Les deux images que voici ont survécu à des décennies d’entreposage, mais gardent les traces du Temps…  Vive le numérique!

Film Ektachrome IR - filtre bleu, tenu manuellement
Numérisation film Ektachrome IR

Articles récents
L'innocence
Devoir de mémoire. Ou simple rappel amoureux...
J'ai marché
Dix ans plus tard, où en sommes-nous?

    Laisser un commentaire

article précédent J’ai marché
article suivant L’innocence